Eaudoc

Portail international de documentation sur l'eau vous donne un accès simplifié à un fonds patrimonial initié depuis 1970 et aux publications de l’Office International de l’eau (OIEau).

Recherchez parmi les 326 378 notices présentes dans notre base documentaire.

À propos

Eaudoc, le portail international de documentation sur l'eau, donne un accès simplifié à un fonds patrimonial initié depuis 1970 et aux publications de l’Office International de l’eau (OIEau).

 Accédez au Twitter "Eaudoc" !

Chiffres-clés

Téléchargez AquaVeille

et bénéficiez de toute l'actualité et
des évènements du monde de l'eau dans votre poche !

  • TRIBUNE Les outils de gestion des zones inondables après la Directive Inondation

    Suite aux inondations des années 2000 en Europe qui ont causé le décès de plus de 700 personnes et provoquées plus de 25 milliards d’euros de dommages, le parlement européen a instauré une nouvelle directive, nommée Directive Inondation (DI), en 2007. Le gouvernement Français a traduit cette directive dans ses lois et décrets en 2010. Se pose alors la question du devenir et de l’articulation des outils de gestion du risque inondation existant en France avant cette directive Européenne. Pour cela, nous résumerons dans un premier temps les principes de la gestion du risque inondations en France avant 2010, puis expliquerons comment la France a appliqué la Directive Inondation à ses territoires. Nous étudierons plus particulièrement l’articulation des nouveaux outils avec les outils historiques. Nous étudierons enfin l’articulation de ces outils de manière plus concrète dans le bassin Rhône Méditerranée et les ex régions Languedoc-Roussillon et Provence-Alpes-Côte d’Azur et verrons qu’actuellement, l’application territoriale des Stratégies Locales de Gestion des Risques d’Inondations s’appuie fortement sur des découpages déjà existants : ceux des Programmes d’Actions et de Préventions des Inondations

  • LE SAVIEZ-VOUS ? Synthèse - Cours d’eau de tête de bassin versant en bon état : quels enjeux et quelles actions de non dégradation ?

    "Cours d'eau de tête de bassin versant, des zones à préserver" : c'est la synthèse à la une du dernier numéro d'Information Eaux n° 628 ,qui s'articule autour des Territoires dont les limites sont parfois difficiles à trouver, représentant près de 75 % du linéaire du réseau hydrographique français, les cours d’eau se trouvant en Tête de Bassin Versant (TBV) représentent un enjeu stratégique par rapport à l’objectif de qualité des Masses d’Eau de surface imposé par la Directive-Cadre européenne sur l’Eau (DCE) à l’horizon 2027. En effet, on comprend intuitivement que si les cours d’eau situés en amont sont en mauvais état, ils risquent d’avoir un impact négatif sur l’état des rivières qui se trouvent en aval. Une importance fondamentale dans le bon fonctionnement d’un bassin versant. L’état de ces rivières est capital dans l’état d’un bassin versant. D’abord, ces cours d’eau participent à la régulation des crues grâce aux zones humides qui les accompagnent. Ensuite, ils jouent un rôle d’épuration physico-chimique  grâce  notamment à  la  végétation  rivulaire. Enfin, leurs richesses en habitats leur permettent d’abriter une grande biodiversité aussi bien dans l’eau que sur les berges. Les pressions qui pèsent sur ces petits hydrosystèmes sont diverses et peuvent être catégorisées : les pressions agricoles, forestières, et autres pressions anthropiques. Pour en savoir plus lire l'article dans Information Eaux. (p.2).