Pollution et taux d'aneuploïdie chez l'huître creuse Crassostrea gigas : étude expérimentale sur une population en milieu contrôlé

Le bassin de Marennes-Oléron, milieu fortement anthropisé, souffre d'une diminution générale du taux de croissance des huîtres creuses, Crassostrea gigas. Si les fortes densités existants dans le bassin sont grandement responsables de ce phénomène, d'autres facteurs environnementaux peuvent intervenir. Nous nous sommes intéressés à un caractère corrélé négativement à la croissance, le taux d'aneuploïdie. Il s'agit d'un phénomène cytogénétique ayant pour conséquence la perte ou le gain de chromosomes. Dans cette étude, une expérimentation en écloserie a été mise en place afin de tester l'effet de l'atrazine (herbicide très utilisé et se retrouvant en quantité importante dans le bassin) sur le taux d'aneuploïdie de naissains d'huîtres. Les valeurs testées représentent une valeur proche de celle rencontrée en sortie de canaux d'irrigation (0,01 mg/l) et une valeur 10 fois supérieur (0,1 mg/l). Nos résultats révèlent une différence significative entre les divers lots soumis aux différentes concentrations d'atrazine et les lots témoins, allant jusqu'à un doublement entre les témoins et la valeur extrême testée. De plus, les huîtres aux stades adulte et naissain semblent aussi sensibles. L'ensemble de l'expérimentation menée sur des adultes puis du naissain démontre pour la première fois l'existence d'une cause environnementale pour expliquer le phénomène d'aneuploïdie chez l'huître Crassostrea gigas. Cet effet reste cependant à démontrer en milieu naturel et la part entre facteurs environnementaux et génétique à explorer.

Accès au document

Métadonnées du document