Une eau potable sûre et propre: le Conseil approuve un accord provisoire qui actualise les normes de qualité

L'UE veille à ce que l'on puisse boire l'eau du robinet en toute sécurité dans l'ensemble de l'UE. Les ambassadeurs des États membres réunis au sein du Comité des représentants permanents (Coreper) du Conseil ont confirmé ce jour l'accord provisoire intervenu le 18 décembre 2019 avec le Parlement européen sur une proposition visant à réviser la directive relative à l'eau potable. L'aval donné aujourd'hui ouvre la voie à l'adoption finale.

Les nouvelles règles actualisent les normes de qualité que l'eau potable doit respecter et instaurent une approche fondée sur les risques et efficace au regard des coûts pour la surveillance de la qualité de l'eau. Les règles actualisées fixent également des exigences minimales en matière d'hygiène applicables aux matériaux entrant en contact avec l'eau potable, tels que les canalisations. L'objectif est d'améliorer la qualité de ces matériaux afin de protéger la santé humaine et d'éviter toute contamination.

La directive actualisée permet de répondre aux préoccupations croissantes quant aux effets des perturbateurs endocriniens, des médicaments et des microplastiques sur la santé humaine en instaurant un mécanisme de liste de vigilance. Grâce à cette liste de vigilance, l'UE pourra, de manière dynamique et souple, assurer le suivi des nouvelles connaissances relatives à ces substances et à leur pertinence pour la santé humaine. Le bêta-œstradiol et le nonylphénol seront inclus dans la première liste de vigilance en raison de leurs propriétés perturbant le système endocrinien. La première liste de vigilance sera adoptée au plus tard un an après l'entrée en vigueur de la directive. Le bisphénol A, qui est un perturbateur endocrinien, est directement ajouté à la directive, avec une valeur paramétrique pour la santé de 2,5 μg/l.