Pavillon bleu : les sites de baignade labellisés en 2018

Le label environnemental et touristique international pour les plages et les ports de plaisance, plus connu sous le nom de Pavillon Bleu, a tenu sa cérémonie nationale de remise du label le 24 mai 2018 à Montréjeau (31).

Créé en 1985 par l’Office français de la Fondation pour l’Education à l’Environnement en Europe (actuellement Teragir), le Pavillon Bleu est un label à vocation touristique et environnementale délivré par l’association Teragir qui récompense les communes en matière de qualité d’eau et de traitement des déchets.

En 2018, 399 plages sur 186 communes, et 107 ports de plaisance ont obtenu le label.

Pour l’obtenir, les plages et les ports doivent mener différentes actions pour répondre à un niveau dit d’excellence environnementale.

Les critères pour obtenir le label sont regroupés en 4 grandes familles :

  • Éducation à l'environnement
  • Environnement général
  • Gestion des déchets
  • Gestion de l'eau

L'obtention du Pavillon Bleu est basée sur l'examen de 2 types de critères :

  • les critères essentiels / impératifs : ils constituent le minimum exigé pour obtenir le Pavillon Bleu (sauf demande de dérogation motivée devant être validée par le jury national et approuvée par le jury international, souverain en la matière).
  • les critères guides, pouvant devenir à terme impératifs.

Les critères essentiels / impératifs peuvent être synthétisés comme suit :

  • Éducation à l'environnement

Toutes les communes Pavillon Bleu doivent mettre en place 5 actions d'éducation à l'environnement dont au moins deux directement sur la plage labellisée. Elles doivent également respecter d'autres critères d'éducation à l'environnement, notamment en matière d'affichage et de sensibilisation.

  • Environnement général

L'accessibilité de la plage aux personnes à mobilité réduite est un critère essentiel du Pavillon Bleu.

  • Gestion des déchets

Le tri sélectif d'au moins 3 types de matériaux sur la plage ou à proximité (100m) est un critère impératif du Pavillon Bleu.

  • Gestion de l'eau

Le Pavillon Bleu prend notamment en compte la qualité de l'eau de baignade qui doit être en qualité Excellente (classement ARS) à partir des analyses des 4 dernières années (directive 2006/7/CE).

Les communes concernées ne se trouvent pas seulement sur la façade maritime. Certaines se trouvent en bord de lacs et rivières.

Carte des plages lauréates 2018Carte des ports lauréate 2018

Le label, créé en 1985, s’est considérablement développé et est maintenant présent dans plus de 40 pays.

Cette année, tout l’été, 4 auditeurs-conseils feront le tour de France des sites labellisés Pavillon Bleu. Leur 1ère mission est de vérifier que les critères Pavillon Bleu sont bien respectés sur les plages et les ports de plaisance tout au long de la saison. Leur 2ème mission est de conseiller et d’accompagner les gestionnaires de sites afin de les aider à atteindre l’excellence environnementale.

Sur le label

Il convient de souligner que la liste établie par le label Pavillon bleu ne rassemble pas de manière exhaustive les plages où l’eau est de bonne qualité.

Pour obtenir le label, les communes doivent en faire la demande auprès de Teragir.

En 2017, Thomas Joly, conseiller du président de Teragir et maire de Verrières-le-Buisson dans l’Essonne expliquait que "Le Pavillon bleu est un label généraliste sur les questions environnementales, qui permet de faire progresser l’état de nos plages, mais surtout de valoriser les actions menées par les maires en faveur du développement durable".

« Mais, il existe plein d’autres plages où on peut se baigner, avec une eau de très bonne qualité. »

Soulignons qu’il s’agit d’un label délivré a posteriori, basé sur les relevés des années précédentes. Or les changements au niveau de la qualité de l’eau peuvent être très rapides, comme celles causés par de grosses pluies, par exemple, ou encore par un rejet de polluants inopiné au milieu récepteur par un industriel.

En cas de non-respect des critères, le pavillon bleu peut-être retiré temporairement ou définitivement.

Les agences régionales de santé (ARS) mesurent régulièrement la qualité de l’eau sur tous les lieux de baignade et signalent la "qualité de l’eau excellente".

Le classement de la France en matière de site de baignade

La France, avec 77,7 % de site de baignade présentant une qualité excellente, est en dessous de la moyenne de l’Union Européenne (85%) (figure ci-dessous).

Proportion de sites de baignade dont l’eau est d’excellente qualité dans les pays européens

Proportion de sites de baignade dont l’eau est d’excellente qualité dans les pays européens

Source : Rapport AEE No 2/2018, Qualité des eaux de baignade européennes en 2017, Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne, 2018, ISBN 978-92-9213-956-8, ISSN 2315-2087, doi : 10.2800/365035

 

Cependant, la proportion de sites ou la qualité des eaux de baignade est insuffisante reste faible (cf. figure ci-dessous).

Le statut des eaux de baignade jugées de qualité insuffisante en 2016

Le statut des eaux de baignade jugées de qualité insuffisante en 2016

Source : Rapport AEE No 2/2018, Qualité des eaux de baignade européennes en 2017, Luxembourg : Office des publications de l’Union européenne, 2018, ISBN 978-92-9213-956-8, ISSN 2315-2087, doi : 10.2800/365035

Une interdiction permanente de baignade ou une recommandation déconseillant de façon permanente la baignade s’impose au niveau des sites dont la qualité a été jugée « insuffisante » pendant cinq années consécutives. En Europe, en 2017, 76 sites de baignade étaient dans ce cas : 44 en Italie, 24 en France, 4 en Espagne et 1 en Bulgarie, au Danemark, en Irlande et aux Pays-Bas.

Quoi qu’il en soit, la vaste majorité des sites ont des eaux de baignade de bonne qualité. En 2017, en Europe, 96,0 % des sites ont rempli les conditions de qualité minimales établies par la directive de l’Union sur la qualité des eaux de baignade.

Des informations supplémentaires sur l’eau en Europe sont disponibles sur le site WISE-Freshwater.

Rappel réglementaire sur les eaux de baignade

Les eaux de baignade, de France métropolitaine et d’outre-mer, qu’elles se trouvent en mer ou en eau douce (rivière, lac, etc.), sont soumises aux dispositions de la directive européenne 2006/7/CE du 15 février 2006 relative à la gestion de la qualité des eaux de baignade.

La surveillance de la qualité des eaux de baignade est assurée par les services de l’état, sous l’autorité du Ministère en charge de la Santé, qui établit la réglementation en s’appuyant sur les directives européennes. Les contrôles sanitaires sont mis en œuvre par les Agences Régionales de Santé (ARS) et réalisés par des laboratoires agréés sur l’ensemble des sites de baignade recensés chaque année par les communes.

 

Pour conclure, rappelons que les efforts d’amélioration de la qualité des eaux de baignade ne doivent pas être envisagés de façon isolée, mais être replacés dans le cadre des objectifs d’atteinte du bon état écologique et environnemental mis en place par la directive-cadre dans le domaine de l’eau et de la directive-cadre stratégie pour le milieu marin.

 

En savoir plus