Carafe ou bouteille ? Le rôle de la qualité de l’environnement dans la décision du consommateur

Bontemps C. / Nauges C. - ARTICLE DE PERIODIQUE - 2009

On propose dans cet article de mesurer, par une étude économétrique appropriée, l’impact des facteurs environnementaux, socioéconomiques et culturels sur la décision des ménages de boire (ou non) l’eau du robinet. L’originalité de notre approche réside d’une part, dans l’utilisation de données de consommation de ménages associées à des informations sur la qualité de l’environnement dans la commune de résidence de ces ménages, en particulier la qualité des eaux brutes, et d’autre part dans l’utilisation du coût de potabilisation de l’eau comme mesure de la “mauvaise qualité” des eaux brutes. L’estimation d’un modèle de type Probit sur un échantillon de 4 623 ménages montre que la “mauvaise qualité” des eaux brutes est un déterminant significatif de la décision de (ne pas) boire l’eau du robinet. Le rôle significatif des caractéristiques des ménages et les effets régionaux sont également confirmés. Enfin, nos résultats ne mettent pas en évidence un impact significatif du mode de gestion du service de l’eau (public/privé) sur le choix des consommateurs.

Accès au document

Métadonnées du document