Synthèse - Les concentrations en nitrates d'origine agricole dans les cours d'eau et les eaux souterraines en France - Données 2013-2014

Depuis la première campagne de surveillance menée en 1992-1993, le nombre de stations surveillées au titre de la directive « nitrates » a considérablement progressé, du fait notamment de l’intégration de stations issues du programme national de surveillance des milieux aquatiques, mis en oeuvre au titre de la DCE. En 2013-2014, des mesures ont été réalisées sur 5 263 stations, dont 61% en eaux de surface et 39% en eaux souterraines. Pour les eaux de surface (cours d’eau), 79% des stations analysées en 2013-2014 présentent des concentrations moyennes inférieures à 25 mg/l. Les concentrations supérieures à 40 mg/l sont observées sur 5% des stations, quasiment toutes situées en zones vulnérables, dans le grand Ouest, les régions Centre, Haute-Normandie, Ile-de-France, Bourgogne, Midi-Pyrénées et Languedoc- Roussillon. Depuis 1992-1993, la situation est à la stabilisation ou à la diminution pour 51% des stations communes à ces deux périodes. Les variations les plus marquées sont observées en zones vulnérables. Concernant les eaux souterraines, 51% des stations présentent des concentrations moyennes inférieures à 25 mg/l, et 23% des concentrations supérieures à 40 mg/l. Ces dernières sont réparties sur l’ensemble du territoire. 51% des stations communes à 1992-1993 montrent une diminution ou une stabilisation. Comme pour les eaux de surface, les stations localisées en zones vulnérables semblent soumises à de plus fortes variations aussi bien en termes de diminution que d’augmentation, alors qu’en dehors des zones vulnérables, la situation est plus stable.

Accès au document

Métadonnées du document