Bulletin national de situation hydrologique du 13 août 2019

Les passages perturbés ont été très peu fréquents en juillet. La pluviométrie a été déficitaire sur une large moitié nord, sur le Massif central et localement dans le Gard, le Vaucluse et la Drôme. Suite à des épisodes pluvio-orageux localement intenses, les cumuls de précipitations ont été en revanche proches de la normale dans le Sud-Ouest et excédentaires dans le Roussillon ainsi que sur la majeure partie de la région Provence – Alpes - Côte d’Azur. La Corse a quant à elle bénéficié d’une pluviométrie exceptionnellement excédentaire pour un mois de juillet. En moyenne sur le pays et sur le mois, la pluviométrie a été déficitaire de plus de 30 %.

Depuis septembre, le déficit pluviométrique reste de 20 % en moyenne sur la France. Un épisode de canicule, le second de l’été, a concerné la France du 21 au 26 juillet, avec des températures maximales exceptionnellement élevées sur le nord du pays. Cette nouvelle vague de chaleur intense a favorisé l’asséchement des sols superficiels.

La sécheresse des sols déjà présente fin juin du centre du pays aux frontières du Nord-Est est plus sévère sur ces régions. Elle concerne également les Pays de la Loire et la Normandie. Elle est particulièrement marquée sur l’est du Cantal, le Puy-de-Dôme, l’Allier, la Creuse, le Cher et la Loire. En revanche, la sécheresse des sols superficiels s’est atténuée en Nouvelle-Aquitaine, sur le piémont pyrénéen comme en Corse.

Durant le mois de juillet, la vidange se poursuit et l’ensemble des nappes du territoire sont en baisse. Ce constat est habituel à cette période de l’année, les pluies infiltrées étant absorbées par la végétation. Cependant, la baisse des niveaux s’est fortement accélérée au cours des deux derniers mois.

Les niveaux des nappes se situent généralement en dessous des niveaux moyens des mois de juillet. Les nappes de l’Alsace, de Bourgogne, d’Auvergne-Rhône-Alpes et du sud de Centre-Val-de-Loire présentent des niveaux peu satisfaisants, bas à très bas et parfois proches des minimas enregistrés pour un mois de juillet. Seule exception, les nappes alluviales de Corse profitent des pluviométries excédentaires de mai, ayant permis de poursuivre la recharge, et de juillet.

Les niveaux des retenues sont également en cours de diminution sur l’ensemble du territoire et bien que cette tendance à la baisse restait limitée les mois précédents, elle commence désormais à être davantage importante. La situation des débits reste similaire au mois précédent toujours liée à l’absence de précipitations suffisamment significatives pour en modifier la tendance.

Au 19 août, 84 départements ont mis en œuvre des mesures de restrictions des usages de l’eau. À titre de comparaison, sur la même période l’an passé, 49 départements avaient mis en place ces arrêtés et ils étaient 82 en 2017 et 34 en 2016.

Accès au document

Métadonnées du document