BIO-PLATEAUX

Titre long: 
Promouvoir l'articulation transfrontalière des eaux et de la biodiversité
Pays: 
Brésil
Guyane française
Suriname
Précisions sur la localisation: 
Bassins versants transfrontaliers du Maroni et de l'Oyapock
Nom du client/bénéficiaire: 
Office de l'Eau de la Guyane, DEAL, CNES, CTG
Date de démarrage: 
juillet, 2019
Date d'achèvement: 
juin, 2021
Financeur: 
Union Européenne
DEAL, OEG, CNES, CTG
Nom des consultants associés/partenaires éventuels: 
Office de l'Eau de la Guyane, Agence Amapa, Université Anton de Kom
Descriptif du projet: 

Le projet Pour l’Articulation Transfrontalière des Eaux et de la Biodiversité (BIO-PLATEAUX) est financé par le Programme de Coopération Interreg Amazonie (PCIA) sous la coordination de la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), le projet est également soutenu par la Direction de l’Environnement de l’Aménagement et du Logement de Guyane (DEAL), ainsi que le Centre National d’Etudes Spatiales (CNES). La Conférence internationale de novembre 2019 a reçu la labellisation du Plan Biodiversité (Action n°62) par les Ministères français de la Transition Ecologique et Solidaire (MTES) et des Outre-Mer (MOM).

Les partenaires de mise en œuvre du projet sont au nombre de quatre:

-l’Office International de l’Eau (OIEau) est le porteur du projet, en tant qu’association reconnue d’intérêt public. L’OIEau est le leader de l’initiative, demandeur de la subvention auprès des services instructeurs de l’INTERREG, chargé de la mise en œuvre des activités des points de vue technique et financier, ainsi que facilitateur des échanges à l’international.

-l’Office de l’Eau de Guyane (OEG), en tant qu’établissement public à caractère administratif rattaché à la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG). L’OEG joue le rôle de coordinateur technique local des activités, car il est l’organisme compétent pour la Gestion Intégrée des Ressources en Eau en Guyane, et responsable du réseau de surveillance des cours d’eau de ce territoire.

-l’Université Anton de Kom du Suriname (AdeKUS), animatrice du système national d’information sur l’eau du Suriname (SWRIS)

-l’Agence de Développement Economique de l’Amapa (Agência Amapá), entité compétente pour la coopération internationale dans cet Etat. Au Brésil, les travaux seront également menés de façon coordonnée avec l’Agence Nationale de l’Eau (ANA).

 

Objectif :

Le projet BIO-PLATEAUX (2019-2021) a pour objectif de développer les partages d’informations sur l’eau et la biodiversité des milieux aquatiques entre la Guyane et ses voisins du Brésil et du Suriname, notamment sur les bassins versants respectifs de l’Oyapock et du Maroni. Il vise à mieux connaître la ressource comme les usages et les impacts associés dans les bassins versants partagés.

 

Composante 1 : Conférence Internationale

BIO-PLATEAUX a débuté en 2019 par la préparation et l’organisation d’une Conférence internationale à Cayenne, tenue le 26 novembre 2019 en présence d’autorités de haut niveau, ministérielles et territoriales du Suriname, de la Guyane et du Brésil. Puis le 27 novembre 2019, les acteurs techniques issus de ces territoires ont pu échanger dans le cadre d’un premier groupe technique transfrontalier. Cet évènement fut l’opportunité pour les 140 participants de formuler des attentes élevées pour un meilleur partage des informations sur l’eau et la biodiversité aquatique, et ainsi engager la composante opérationnelle du projet qui débute en 2020.

Trois thématiques ont été abordées lors de la Conférence:

  • L’amélioration des connaissances, le partage de l’information,
  • Les pollutions minières, industrielles et urbaines, leurs conséquences et leur maitrise,
  • La prévention des risques de crues

Composante 2 : Observatoire transfrontalier sur l’eau et la biodiversité liée aux milieux aquatiques

La seconde composante du projet est dédiée au rapprochement concret entre les acteurs du territoire pour renforcer les partages d'informations, notamment par la création d'un centre de ressource, étape préalable à la création future d'un observatoire transfrontalier.

Ce centre de ressource sera concrétisé durant l’année 2020, via notamment les réalisations suivantes :

 -identification des besoins des acteurs en lien avec le centre de ressources,

-réalisation d’annuaires thématiques et de fiches synthétiques pour l’identification des acteurs clés pour la gestion de l’eau sur les territoires des bassins versants transfrontaliers,

-préparation de retours d’expériences de bonnes pratiques,

-gestion documentaire,

-outils de sensibilisation et de communication vers le public,

-un schéma directeur des données et informations sur l’eau, afin d’identifier les besoins pour renforcer la production de données et leur partage,                

-une plateforme de partage des données et informations sur l’eau, 

-réalisations de formations et classes d’eau.

L’ensemble des activités seront préparées de façon participative via l’organisation de groupes techniques transfrontaliers avec les acteurs du territoire.

Descriptif des services rendus par l'OIEau: 

L’Office International de l’Eau (OIEau) est le porteur du projet, en tant qu’association reconnue d’intérêt public. L’OIEau est le leader de l’initiative, demandeur de la subvention auprès des services instructeurs de l’INTERREG, chargé de la mise en œuvre des activités des points de vue technique et financier, ainsi que facilitateur des échanges à l’international.

 

Fichiers pour le site internet: 
statut: 
en cours