Union européenne : Stratégies alternatives pour la régulation et la gestion de la ressource en eau et la gestion de la demande dans les zones arides (WaterStrategyMan) 2002 - 2006

01/01/2006 - 01:00

Le but du projet de recherche "WaterStrategyMan", qui s’est déroulé de janvier 2002 à juin 2006, était de développer et évaluer des stratégies alternatives pour la gestion des ressources en eau et la régulation de la demande en eau dans les zones arides du sud de l’Europe. Ce projet, piloté par l'Université Technique Nationale d'Athènes (Grèce) regroupait des partenaires d'Allemagne, Italie, France, Israël, Chypre, Espagne et Portugal.



Le but du projet de WaterStrategyMan était de développer et évaluer les stratégies alternatives pour réguler et gérer la ressource en eau et pour la gestion de la demande dans des régions européennes méridionales, caractérisées par des problèmes d'insuffisance de l'eau. L'objectif principal était d'arriver à définir :

a) des stratégies régionales, qui pourraient garantir une utilisation durable de l'eau,

b) des directives pour la gestion intégrée de la ressource en eau, et

c) des protocoles d'exécution.



Pour atteindre cet objectif, la méthodologie, les outils et les résultats du projet permettent à des décideurs de définir et d’évaluer un éventail d'options pour une gestion intégrée des ressources en eau. Par la suite, ils peuvent choisir parmi ces options et mettre en application des mesures permettant d’atténuer le stress hydrique tout en permettant un bon niveau de recouvrement des coûts. Ces développements ont été formulés et évalués sur des régions et des bassins versants typiques. La méthodologie évaluée peut donc être facilement appliquée aux régions semblables aux études de cas choisies.



Les objectifs spécifiques du projet étaient les suivants :

1. La définition d'une typologie d’insuffisance en eau des régions arides et semi-arides en termes de :

a) caractéristiques socio-économiques, culturelles et environnementales associées aux politiques de développement actuelles et futures.

b) ressources en eau, alimentation en eau, utilisation, pratiques de gestion de l’eau et élaboration de politiques.



2. La formulation de principes de gestion intégrée des ressources en eau appropriés pour les régions arides et semi-arides, et ce dans le contexte de la mise en œuvre de la directive cadre sur l'eau tout en traitant l’aspect des usages intersectoriels en concurrence.



3. L'élaboration d'une méthodologie pour analyser les scénarios alternatifs d'offre et de demande et évaluer chaque intervention par l'utilisation d'une approche multi-critères qui tient compte des coûts et des avantages, de l'efficacité, et des implications sociales et environnementales.



4. Le développement d’un système d'aide à la décision interactif permettant d’analyser les impacts quantitatifs et qualitatifs, de décrire la gamme entière de réponses possibles; et suggérant les solutions appropriées.



5. la sélection d'un ensemble de cas représentatifs, réalisée selon une typologie élaborée, conceptualisée comme paradigmes, afin de fournir des exemples concrets des étapes de mise en œuvre et d’évaluation.



6. L'analyse détaillée des paradigmes identifiés via le développement et l'évaluation des scénarios alternatifs concernant la répartition actuelle et future des ressources en eau.



7. Le développement de solutions alternatives de gestion intégrée des ressources en eau qui tiennent compte de l’ensemble des coûts économiques et environnementaux.



8. Le développement de meilleures stratégies de gestion/demande de la ressource, se basant sur les retours d’expérience des six paradigmes.



9. La formulation de directives largement applicables et de protocoles d'exécution efficaces de la directive cadre sur l'eau sous différentes conditions et hypothèses socio-économiques.



Des études de cas ont été réalisées pour la formulation et l’analyse d’une meilleure gestion de l’eau. Il s’agissait de l’île de Paros dans l’archipel des Cyclades (Grèce), le Bassin du Belice en Sicile (Italie), la région de Tel-Aviv (Israël), la région de Limassol (Chypre), le Bassin de l’Algarve (Portugal) et l’île de Tenerife (Espagne – Iles Canaries).



Méthodologie, outils, recueils de directives et protocoles de mise en œuvre ont été développés afin que les décideurs aient accès à un éventail de stratégies de gestion intégrée.



L’Office International de l’Eau était impliqué dans:



- Développement de la méthodologie pour l’évaluation de la disponibilité de la ressource et de la demande ainsi que pour l’estimation des coûts économiques et environnementaux des interventions pour améliorer la gestion de l’eau.



L’OIEau est intervenu plus particulièrement sur les aspects « descriptif et évaluation des différentes méthodes utilisables pour l’estimation des coûts économiques et environnementaux » (leader du volet économie);



- En partenariat avec l’École Nationale des Ponts et Chaussées, un atelier a été organisé du 8 au 10 octobre 2003 à Paris, il s’agissait de présenter les avancées sur les tâches suivantes :

analyse du contexte actuel (le point sur les institutions, es modes de régulation, les usages actuels, la disponibilité en eau, les infrastructures de mobilisation de la ressource, ...) ;

élaboration d’une grille d’analyse pour définir une typologie des zones arides, en terme de disponibilité de la ressource, des usages à satisfaire, des pratiques de gestion et des mécanismes de la politique de l’eau ;

développement de la méthodologie pour l’évaluation de la disponibilité de la ressource et de la demande, ainsi que pour l’estimation des coûts économiques et environnementaux des interventions pour améliorer la gestion de l’eau ;

test et adaptations des différents modèles et outils pour la gestion des ressources en eau : évaluation de leur applicabilité aux zones arides, suivie de leur amélioration. Ces outils et modèles sont utilisés pour la formulation et l’évaluation des scénarios concernant la demande versus la disponibilité en eau ;

collecte de données relatives aux ressources en eau et à la demande, élaboration d’une banque de donnée couplée à un Système d’Information Géographique.



Par la préparation et la présentation des thèmes méthodologiques, toute la première phase a été une étape importante vers la constitution d'un système d’aide à la décision.



La deuxième phase a été consacrée à :

- une campagne d’information, de formation et exploitation des résultats.

- La publication des résultats (rapports, livre…) – en soutien de l’Université de la Ruhr