Une GIRE pour la région du lac Itasy à Madagascar

23/01/2019

L’Office International de l’Eau (OIEau), avec l’appui de l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse, a initié depuis avril 2018 un projet visant la Gestion Intégrée des Ressources en Eau du lac Itasy (Madagascar), à travers la mise en place d’une structure de gouvernance et d’un plan de gestion.

 

La Région Itasy comprend le quatrième plan d’eau de Madagascar, le lac Itasy, d’une superficie de 3.500 ha, qui constitue un centre d’activités économiques de première importance tout autant qu’un écosystème particulier des hautes terres malgaches. Son bassin versant, dont le périmètre n’est pas précisément délimité, couvre en première approche une superficie d’environ 677 km². Hélas, l’absence de plan de gestion de cet espace naturel sur les dernières décennies a eu pour conséquence le développement de diverses problématiques : surexploitation des ressources halieutiques, pollution des sols, raréfaction des arbres, et intensification des phénomènes érosifs. A ce constat physique s’ajoutent les problématiques liées à l’absence de gestion des déchets et de l’assainissement, envenimant une situation sanitaire qui, au-delà des limites qu’elle impose aux activités touristiques, est devenue une cause de préoccupation majeure pour la santé des riverains.

Face à ces problèmes, le Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène de Madagascar souhaite concrétiser la mise en œuvre de la GIRE, qui devrait être renforcée dans la nouvelle version du Code de l’Eau, en cours de révision.

 

 

Les diverses missions des experts OIEau ont permis de commencer à réfléchir à la planification d’actions concrètes à mener sur le bassin versant : gestion des hauteurs d’eau, adduction d’eau potable, mesures d’agroécologie ou agroforesterie pour limiter les risques d’érosion et de pollution des sols… Ces perspectives d’action seront prochainement discutées au sein du Comité de Gestion. Une mission axée sur les Systèmes d’Information sur l’Eau a été l’occasion de partager l’expérience française et de formuler des recommandations en matière de modalité de production, de gestion et de valorisation des données.

En savoir plus