Surveillance des micropolluants dans les milieux aquatiques : des avancées récentes

07/13/2016 - 02:00

Parmi les substances produites par les activités humaines, certaines doivent être particulièrement surveillées du fait de leur dispersion dans l’environnement et de leurs potentiels effets sur les organismes vivants. Mieux connaître leur niveau de présence et leurs effets sur la santé comme sur les milieux aquatiques devient un enjeu essentiel pour prévenir les risques. Des dispositifs permettent ainsi depuis plusieurs décennies de surveiller et d’évaluer la qualité des écosystèmes afin d’orienter les actions à mener pour les préserver.



Grâce aux efforts fournis ces dernières années, de nets progrès sont constatés, en particulier vis-à-vis de la surveillance de substances dites « émergentes ». Les campagnes de surveillance exploratoires menées en 2011 et 2012 sur les cours d’eau, plans d’eau, eaux littorales et eaux souterraines sur l’ensemble du territoire (métropole et outre-mer) montrent que les plastifiants, médicaments, pesticides… figurent parmi les familles de substances les plus retrouvées dans les milieux.



Dans ce contexte, l’Office International de l’Eau, avec le soutien de l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema) a rédigé une synthèse intitulée « Surveillance des micropolluants dans les milieux aquatiques : des avancées récentes ».

 



Accéder à la synthèse sur Eaudoc


La publication montre notamment que sur les 637 substances recherchées lors de deux campagnes de surveillance exploratoires menées en 2011 et 2012 sur l’ensemble du territoire (métropole et outre-mer), 51% ont été retrouvées dans les milieux aquatiques.



Elle indique aussi que 38% de ces substances sont utilisées principalement comme pesticides et 33% pour des usages industriels ou domestiques, 25% sont des médicaments, et 4% relèvent d’autres usages (produits de soins corporels, par exemple).
 

 
POUR ALLER PLUS LOIN ...