Journée Internationale des Droits des Femmes : découvrez 3 femmes engagées avec l'OiEau

08/03/2021

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes en ce lundi 8 mars 2021, nous avons décidé de mettre 3 collaboratrices à l’honneur, 3 personnes qui partagent avec vous la vision de leur métier en tant que Femme dans le domaine de l’eau, ses évolutions et quelques conseils…

Camille M.

Je suis Camille Madec, je travaille au sein du service 3A (Afrique, Amérique Latine, Asie du Sud-Est) dans la direction de l’Appui et de la Coopération institutionnelle et technique. J’interviens majoritairement sur des projets de coopération technique dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, pour appuyer nos partenaires étrangers dans la gestion ou le renforcement des services d’eau. Durant mes études à l’ENGEES, je faisais partie de la première promotion qui comptait autant de filles que de garçons. Ce domaine est loin d’être réservé aux hommes donc il ne faut pas hésiter à se lancer !

 

Julie M.

Je m'appelle Julie Magnier, Chargée de projets à l'Office international de l'Eau et je travaille essentiellement sur des projets en lien avec l'agriculture et l'environnement, aux échelles France et Europe. Ces domaines comptent de plus en plus de femmes. Dès mes études d'agronomie, la proportion hommes/femmes était d'ailleurs plutôt équilibrée ! Je dirais à celles qui hésitent à se lancer dans leur domaine de prédilection que justement, hésiter est l'opportunité de réfléchir et de mieux évaluer les situations ! Plus globalement, nos métiers nous permettent d’interagir avec des partenaires sur des thématiques variées, de travailler à différentes échelles, de mieux comprendre les fondements de certaines politiques et de participer à leur mise en application : un intérêt constant !

 

 
Julie R.
Je suis Julie Reynaud, Chargée de formation déchets - économie circulaire. Ma mission principale est de mettre à la disposition des professionnels du secteur des déchets, des formations adaptées à leur besoin, au plus près du terrain, qui allient pédagogie et retours d'expériences, sous forme de visites, d’étude de cas, d’échanges avec des experts...
Auparavant exploitante de site dont le personnel était majoritairement masculin, cela n'a jamais été difficile de se faire une place dans le milieu des déchets. Il faut montrer qu'on connait bien son métier, qu'on maitrise les sujets dont on parle, qu'on est sérieuse et motivée, et ne pas tenir compte des préjugés. En fait, c'est tout simplement la recette de réussite pour tout un chacun (homme ou femme) dans n'importe quel métier !