Assainissement en Europe : le travail en coulisse de l'OiEau

11/03/2021

La Commission Européenne a publié en septembre dernier le 10e rapport concernant la mise en œuvre de la Directive n°91/271/CEE du 21 mai 1991 relative au traitement des eaux urbaines résiduaires.

Il fait état de 612 millions d’équivalents habitants traités dans 22 000 stations d’épuration, avec 81% de conformité globale et plus de 30 million d’équivalents habitant restant à traiter correctement. Ces chiffres traduisent une amélioration globale de la collecte et du traitement des eaux résiduaires dans les villes d'Europe, tout en mettant en évidence des niveaux de réussite différents selon les États Membres.

Ces résultats se basent sur des traitements appliqués de manière homogènes et largement automatisés à l’aide de la plateforme SIIF-ERU (Structured Implementation and Information Framework - Cadre Structuré de Mise en œuvre et d’Information pour les Eaux Résiduaires Urbaines). Développé depuis 2012 par l’OiEau en collaboration avec l'Agence pour l'environnement de l'Autriche (UBA), avec pour priorité l’accès et la visualisation simple des données nationales sur l’assainissement, il permet pour chaque pays et plus globalement, pour l’Europe entière, d’accéder à l’information à l’aide de cartes, graphes ou fiches et de télécharger ces données ou imprimer les résultats. Il a été mis en place pour accélérer la mise à disposition des données et améliorer leur gestion en utilisant l’interopérabilité.

Cet outil a notamment reçu le Prix international d’excellence « World Policy Award for Data Governance » dans la catégorie Geospatial Policy Implementation aux Geospatial World Awards, un Prix organisé à l’occasion du Forum Mondial Géospatial, qui reconnaît les innovations et les pratiques exemplaires dans le domaine de l’information géographique dans le monde.

Pour parvenir à ces conclusions, chaque Etat Membre a transmis ses données, qui ont été vérifiées puis chargées sur la plateforme ERU-SIIF qui calcule leur conformité vis-à-vis de la Directive. Ces données et résultats ont ensuite été traités et analysés dans le cadre du rapport Ramboll-OiEau, publié à l'Office des Publications de la Commission Européenne, dont s’inspire le 10e rapport de synthèse de la DG Environnement.

Le SIIF-ERU contribue ainsi à améliorer la mise en œuvre de la Directive ERU et à réduire la charge administrative, en automatisant et simplifiant l’accès aux données, tout en permettant de satisfaire efficacement aux exigences de la Directive INSPIRE 2007/2/CE et de la Directive 2003/4/CE concernant l’accès du public à l’information en matière d’environnement.

Pour Benoît Fribourg-Blanc, Chef de projets à l’OiEau « L’Europe collecte 245 informations qui servent à calculer la conformité à un texte de loi ambitieux. L’enjeu a été de rendre intelligible ce jeu de données complexe au travers d’un site web et d’un rapport. »

L’OiEau travaille actuellement sur le 11e rapportage, qui donnera lieu à une mise à jour de la plateforme et la publication d’un nouveau rapport d’évaluation.

 

Outre la plateforme ERU-SIIF, l’Office International de l’Eau anime en France le Secrétariat technique du Service d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau (Sandre) et appuie les autorités françaises dans la collecte et l’exploitation des données sur l’eau, contribuant ainsi à la bonne gestion du Système d’Information sur l’Eau (SIE) français.

Enfin, au niveau européen, l’OiEau assure les passerelles entre le SIE et les obligations européennes telles la Directive INSPIRE, le Système Européen d’Information sur l’Eau WISE et bien d’autres.