Situation hydrologique au 12 décembre 2019 - Des cumuls de pluie conséquents, les cours d’eau bénéficient des précipitations

18/12/2019

Les passages perturbés ont été nombreux durant ce mois de novembre et les cumuls de pluie souvent conséquents, parfois exceptionnels sur le sud. Le 14 novembre, un épisode de neige précoce remarquable a concerné le centre-est du pays et les Alpes du sud. Un épisode pluvieux intense a touché la Nouvelle Aquitaine les 16 et 17 et des remontées méditerranéennes se sont accompagnées de pluies diluviennes les 22 et 23 notamment sur le Var et les Alpes-Maritimes, générant des inondations.

En moyenne, sur l’ensemble du pays, la pluviométrie a été excédentaire de près de 80 %. Seuls le Bas-Rhin et le sud du Languedoc-Roussillon ont enregistré un déficit de 20 à localement 80 %. L’humidification des sols qui a débuté en octobre sur l’ensemble du pays s’est poursuivie durant le mois de novembre suite aux fortes précipitations avec par endroits des sols en sursaturation sur la façade ouest et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur. De l’Auvergne au nord-est, l’humidité des sols très déficitaire durant l’été est redevenue proche de la normale.

Les cours d’eau ont également bénéficié des précipitations de novembre, les débits de la plupart des stations sont au-dessus des normales. Les taux de remplissage des retenues et barrages présentent une amélioration significative dans les retenues et barrages de la moitié sud du pays alors qu’ils restent légèrement inférieurs à la normale pour les lacs-réservoirs de la Seine, le soutien d’étiage ayant été prolongé au-delà de la date théorique du 1er novembre. Néanmoins, la remontée des débits des cours d’eau a permis de lever la majorité des arrêtés sécheresse du secteur.

Au 12 décembre, 11 départements ont mis en oeuvre des mesures de restrictions des usages de l’eau. À titre de comparaison, sur la même période l’an passé, 17 départements étaient concernés par au moins un arrêté préfectoral de limitation des usages. Ce chiffre était de 19 en 2017, 7 en 2016 et 5 en 2015 à la même date.

Le bulletin national de situation hydrologique (BSH) est constitué d’un ensemble de cartes et de leurs commentaires qui présentent l’évolution mensuelle des ressources en eau. Chaque mois, il décrit la situation quantitative des milieux aquatiques (pluies efficaces, débits des cours d’eau, niveau des nappes d’eau souterraine, état de remplissage des barrages-réservoirs) et fournit une information synthétique sur les arrêtés préfectoraux pris pour limiter les usages de l’eau durant la période d’étiage. Le BSH est réalisé sous l’égide d'un comité de rédaction composé des différents contributeurs du BSH (producteurs et gestionnaires de données), animé par l'Office International de l’Eau (OIEau), en lien avec la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère de la transition écologique et solidaire, et avec le soutien financier de l'Agence française pour la biodiversité (AFB).