Situation hydrologique au 11 mars 2020: en moyenne, une pluviométrie excédentaire de 20 %

31/03/2020

La pluviométrie a été géographiquement très contrastée du nord au sud. Les cumuls de pluie ont été excédentaires de 25 à 50 % sur la moitié nord du pays et les Alpes du Nord. L’excédent a même dépasse deux fois la normale des Hauts-de-France au nord du Grand Est. En revanche, les précipitations ont été déficitaires sur la moitié sud avec une pluviométrie exceptionnellement faible sur le pourtour méditerranéen et la Corse.

Les pluies efficaces ont été particulièrement importantes durant l’automne et le début de l’hiver et ont permis aux nappes d’enregistrer de fortes remontées. La situation devient favorable sur la quasi-totalité des nappes.

La situation des débits des cours d’eau est très contrastée sur le territoire. Les niveaux sont proches ou supérieurs aux normales sur le tiers nord et les Alpes du nord. Alors que sur le bassin Adour-Garonne, le pourtour méditerranéen et le couloir Rhodanien, la situation se dégrade avec des valeurs bien inférieures aux normales.

Le niveau des retenues est hétérogène sur le territoire, ils sont globalement faibles dans le sud-est du pays et élevés dans les Pyrénées et le nord-est.

Au 11 mars, 3 départements ont mis en œuvre des mesures de restrictions des usages de l’eau. A titre de comparaison, sur la même période l’an passe, un seul département était concerne par un arrêté préfectoral de limitation des usages. Ce chiffre était de 2 en 2018 et 8 en 2017.

 

 

Le bulletin national de situation hydrologique (BSH) est constitué d’un ensemble de cartes et de leurs commentaires qui présentent l’évolution mensuelle des ressources en eau. Chaque mois, il décrit la situation quantitative des milieux aquatiques (pluies efficaces, débits des cours d’eau, niveau des nappes d’eau souterraine, état de remplissage des barrages-réservoirs) et fournit une information synthétique sur les arrêtés préfectoraux pris pour limiter les usages de l’eau durant la période d’étiage.

Le BSH est réalisé sous l’égide d'un comité de rédaction composé des différents contributeurs du BSH* (producteurs et gestionnaires de données), animé par l'Office International de l’Eau (OIEau), en lien avec la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère de la transition écologique et solidaire, et avec le soutien financier de l'Office français de la biodiversité (OFB).

*: Office français de la biodiversité (OFB), Association pour la protection de la nappe phréatique de la plaine d’Alsace (Aprona), BRGM, Electricité de France (EDF), EPTB Seine Grands Lacs, Météo-France, Ministère de la Transition écologique et solidaire (Direction de l'eau et de la biodiversité), Voies navigables de France (VNF).