Nos activités

25 ans de formation professionnelle pour mieux gérer l'eau

En 1991, l’OIEau a repris l’activité de formation professionnelle qui existait depuis 1977 à Limoges et à la Souterraine, en créant le Centre National de Formation aux Métiers de l’Eau (CNFME), qui depuis lors s'est développé pour répondre aux besoins d’amélioration des compétences des régies municipales, des distributeurs privés et des entreprises industrielles. Aujourd’hui, l’OIEau propose une collection complète de 20 ”Cahiers Techniques”, manuels pédagogiques illustrés venant en appui des formations, couvrant toutes les principales thématiques de la gestion de l’eau.  L’OIEau fait évoluer son offre de formation en permanence grâce au savoir-faire d’une équipe qui est passée en 25 ans de 25 à 55 personnes, dont 30 cadres formateurs à temps plein. Avec plus de 6 000 stagiaires par an formés au cours de 550 sessions annuelles, l’OIEau a quadruplé son audience en 25 ans, et a dépassé le cap des 100 000 ­stagiaires formés au 1er trimestre 2017.    

 

25 ans d'innovations pour rendre la documentation et l’information accessibles à tous

     Lors de sa création, l’OIEau a absorbé l’ancienne ­Association Française pour l’Etude des Eaux (AFEE), créée dans les années 1950 par les administrations et les industriels français de l’eau, pour développer un centre commun de documentation. Le partage de l’information française et internationale sur l’eau, ses ressources, ses usages et sa gestion a été depuis l’origine une des priorités de l’OIEau. Le développement et la gestion de ”Eaudoc” depuis 20 ans a permis à l’OIEau d’acquérir une expertise aujourd’hui internationalement reconnue dans le domaine du développement de sites web, des bases de données numériques et des moteurs de recherche. L’OIEau décline aujourd’hui ses services sur différents supports, notamment avec des applications pour smartphones comme pour "Aquaveille". Au-delà de la gestion documentaire, l’OIEau place aujourd’hui l’amélioration des compétences des professionnels de l’eau, mais aussi des citoyens et des décideurs, au centre de ses préoccupations.  

 

25 ans d’efforts pour améliorer la gestion des données de l'eau en France

La création du RNDE - Réseau National des Données sur l’Eau - en 1992 a marqué une étape décisive dans la gestion et la diffusion des données sur l'eau. Les principaux producteurs de données convenaient de travailler conjointement pour assurer la production, la conservation et l’accès à des données rendues homogènes. L’OIEau s’est vu confier la responsabilité de créer le ”Secrétariat d’Administration Nationale des Données et Référentiels sur l’Eau” (SANDRE), véritable dispositif de standardisation des données sur l’eau et de gestion des référentiels nationaux, grâce auquel il devenait possible d’échanger, de comparer et d’agréger les données de même nature sans souci de terminologie, de format et d’outils informatiques. En 2002, le RNDE est devenu ”le Système ­d’Information sur l’Eau” (SIE), avec encore davantage d’ambitions, notamment pour la constitution de grandes bases de données interopérables. Le portail ”Eaufrance” donne un accès immédiat et gratuit à l’information sur l’eau. Il s’appuie sur le ”Service d’Administration Nationale des Données et des Référentiels sur l’Eau" (nouveau SANDRE), dont l’OIEau assure le secrétariat technique avec le soutien de l’ Agence Française pour la Biodiversité (AFB).     

 

25 ans d'expertise et d’appui aux acteurs de l'eau en France et en Europe

En France, dès la fin des années 1990, l’OIEau a développé un rôle de synthèse des connaissances auprès des acteurs publics nationaux, des Agences de l’Eau, des collectivités locales et des industriels. L'OIEau a aussi initié dès 2001 des évaluations de politiques publiques et des actions d'animation et de consultation pour renforcer la concertation. Les collectivités locales et les industriels sollicitent également l’OIEau pour un accompagnement indépendant. Des missions d’Appuis à la Maîtrise d’Ouvrage (AMO) sont conduites pour la consultation et le choix des prestataires et en suivre les réalisations.

Par ailleurs, l’OIEau est ­présent auprès des instances européennes. Il est l’un des acteurs reconnus par la DG Recher­che et Innovation et la DG Environnement de la Commission Européenne concernant la mise en oeuvre des Directives européennes avec l'implication dans le Centre Thématique Eau de l’Agence Européenne de l’Environnement ; la réalisation d'études stratégiques dont le développement d'un cadre structuré de mise en œuvre de l’information sur les eaux résiduaires urbaines ; et l'accélération du transfert des résultats de la recherche vers les opérateurs et les décideurs à travers de nombreux projets multipartenaires.

 

25 ans d’aide au développement de la formation dans le Monde

      Le savoir-faire de l’OIEau, dans le domaine de la formation professionnelle continue aux métiers de l’eau, l’a conduit à intervenir dans de nombreux pays du monde en­tier, qui font appel à ses compétences : sessions de formation, appui à la création et au développement de centres de formation nationaux, formation de formateurs, développement de kits pédagogiques dans la langue du pays, mais aussi le conseil dans tous les domaines de la gestion des ressources humaines (GRH) dans les services des eaux. Depuis 25 ans, l’OIEau participe au développement des compétences nécessaires pour mieux gérer l’eau partout dans le monde, en apportant son aide pour la formation de formateurs et de pro­fessionnels en Europe (Belgique, Suisse, Luxembourg, Pologne, Roumanie, Espagne), en Méditerranée (Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Palestine), en Afrique Subsaharienne (Mali, Afrique du Sud, Côte d’Ivoire, Centrafrique, Burkina Faso, Tchad, République Démocratique du Congo, Sénégal…), et dans ­plusieurs autres pays (Brésil, Haïti, Laos, Malaisie, Thaïlande, Chine, Canada...).    

 

25 ans pour faciliter la création et le développement de Systèmes d’Information sur l’Eau

En 25 ans, l’OIEau est intervenu dans plus de 60 pays pour accompagner les acteurs nationaux et/ou régionaux en charge de la gestion des ressources en eau, dans le développement de leurs Systèmes d’Information sur l’Eau (SI Eau). Les outils et méthodes des systèmes d’information ont évolué et l’action de l’OIEau s’est adaptée en permanence aux évolutions technologi­ques et à l’évolution des besoins des bénéficiaires. Le Système Euro-Méditerranéen d’Information sur les savoir-faire dans le Domaine de l’Eau (SEMIDE) a été créé suite à la Conférence Ministérielle Euro-Méditerranéenne sur la Gestion Locale de l’Eau de ­Marseille (novembre 1996), avec pour objectif d’améliorer la coopération régionale, notamment par la mise à disposition, dans tous les pays partenaires, des informations disponibles sur la gestion intégrée des ressources en eau. Aujourd’hui, le SEMIDE est devenu le principal outil d’échange d’information et des connaissances dans le domaine de l’eau de la région Méditerranéenne.     

 

25 ans pour une meilleure Gouvernance des services d’eau potable et d’assainissement

L’OIEau apporte ses compétences aux Gouvernements et aux Municipalités partout dans le Monde, pour améliorer la Gouvernance des services d’eau potable et d’assainissement, dans une logique de développement durable, en prenant en compte tous les aspects juridiques, techniques, économiques et sociaux de leur modernisation et de leur développement.

L’OIEau peut ainsi intervenir pour la mise en place des cadres institutionnels ;

  • la régulation des partenariats public / privé ;
  • l’amélioration des performances ;
  • la création de Services Clientèle ;
  • la gestion financière et la tarification ;
  • la formation et le transfert de compétences ;
  • les indicateurs de performance.

Ces interventions prennent des formes diverses adaptées à chaque situation locale.

    

 

25 ans d’appui pour l’application efficace des Directives Européennes sur l'eau et les déchets

La Commission Européenne a lancé en 1998 une initiative visant à aider les pays candidats à l’adhésion à renforcer leurs capacités ­administratives pour la mise en œuvre des ­Directives Européennes, notamment dans le domai­ne de l’eau, en s’appuyant sur les expériences des Ministères concernés des Etats-Membres. Un projet de Jumelage permet d’unir les compétences du secteur public d’un Etat-Membre de l’Union Européenne et celles du pays bénéficiaire autour d’objectifs précis pour la mise en œuvre des Directives sur l’Eau, avec un calendrier de travail et des indicateurs de résultats. Ces Jumelages ont été étendus aux pays Méditerranéens et aux pays du voisinage à l’Est de l’Europe, dans le cadre d’accords ­d’association conclus avec ces pays. L’OIEau a été mandaté pour conduire plus de 30 Jumelages en Europe Centrale et Orientale et en Méditerranée, qui ont concerné 16 pays.

L'OIEau participe aussi à la mise en oeuvre de la Directive cadre sur l'eau avec, entre-autres, le ”Mécanisme d’Evaluation par des Pairs”, financé par l’Union Européenne ou encore un partenariat pour accélérer les réformes dans la zone de voisinage de l'UE.

 

25 ans d’appui pour la mise en œuvre de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau par bassins

La Gestion Intégrée des Bassins des fleuves, lacs et aquifères locaux, nationaux ou transfrontaliers, est au cœur des activités de l’OIEau depuis 25 ans. L’expérience française, développée autour des Agences de l’Eau et des Comités de Bassin, est reconnue dans le monde entier. La Directive Cadre sur l’Eau de l’Union Européenne (DCE), tout comme la Directive sur les Inondations, ont confirmé la pertinence de ce concept : gouvernance au niveau des bassins hydrographiques, Etat des Lieux, Plan de Gestion de Bassin, participation des usagers, financements spécifiques, analyse économique. Aujourd’hui, il existe un large consensus pour concevoir les mesures d’adaptation des cycles hydrologiques aux effets du changement clima­tique à l’échelle pertinente des bassins, des fleuves, des lacs et des aquifères, qu’ils soient locaux, nationaux ou transfrontaliers. L’OIEau assure le Secrétariat Technique Permanent du Réseau International des Organismes de Bassin (RIOB) depuis sa création en 1994 à Aix-les-Bains. L’OIEau s’est beaucoup engagé dans la promotion de la gestion intégrée des ressources en eau transfrontières et il anime des projets de coopération institutionnelle avec de nombreux pays, dans le but d’y faciliter la mise en œuvre opérationnelle d’une gestion intégrée par bassin versant.      

 

Adaptation au changement climatique et allocation des ressources en eau pour l’agriculture

    Sous l’effet de l’explosion de la demande en eau et du changement climatique, notamment de sécheresses récurrentes, le XXIème siècle a vu le développement de politiques de gestion de la demande et d’économie des ressources en eau, en particulier en agriculture. Ces politiques font appel à des mesures d’amélioration de l’efficience, de recyclage, de recours aux eaux non conventionnelles, des solutions de substitution et des mesures tarifaires... La mise en place de mécanismes de planification participative et de procédures d’allocation des volumes prélevables nécessite un cadre réglementaire favorable et le renforcement des institutions pour assurer la prise de décision et sa mise en œuvre sur le terrain. La production de données fiables, la mise en commun des informations et la production d’indicateurs participent à la prise de décision et à l’élaboration de scénarios qui associent les différents usagers. L’OIEau contribue à faire émerger ces diagnostics et ces projets depuis 25 ans. L’OIEau, comme Secrétaire du Réseau International des Organismes de Bassin, s’est fortement investi dans l’organisation des événements sur l’eau de la COP21 de Paris et la COP22 de Marrakech.