Vietnam : centre de formation aux métiers de l'eau et de l'environnement

Dans le cadre de la mission de MM. François Ozanne de la Société Anonyme de Gestion des Eaux de Paris (SAGEP) et de Jean-François Donzier de l’OIEau organisée, avec le soutien de l'ACTIM, à la demande du Service de Coopération et d’Action Culturelle et du Poste d’Expansion Economique de l’Ambassade de France au Viêt-Nam du 14 au 22 Mars 1999, à Ho Chi Minh Ville, Huê et Hanoï, plusieurs réunions de travail avec le Ministère de la Construction, l'Ecole de la construction et des ouvrages urbains, les représentants de l'Ambassade de France et des entreprises françaises présentes au Vietnam, ont permis de définir un plan de développement d’une 2ème tranche du Centre de Formation aux Métiers de l'Eau et de l'Environnement, créé depuis 1997 à Gia Lam -Hanoi- avec l’aide financière et technique de la coopération bilatérale française (protocole) et de la Lyonnaise des Eaux - Suez (SAFEGE).
 
Les besoins à couvrir sont très importants
 
Ils correspondent à la fois à :
 
·           La formation institutionnelle des cadres de l’administration nationale et municipale, pour répondre aux deux objectifs : la mise en œuvre de réformes dans le domaine de la gestion des ressources en eau et la modernisation des services municipaux de l’eau potable et de l’assainissement.
 
·           La formation opérationnelle des personnels des services municipaux de l’eau potable et de l’assainissement
 
Il s’agit d’apporter les connaissances pratiques nécessaires pour concevoir les nouveaux investissements indispensables, notamment pour l’assainissement et l’épuration des eaux usées, réhabiliter les réseaux d’eau potable (recherche de fuites,...) et les usines de traitement d’eau, assurer une exploitation et une maintenance effectives des installations, améliorer les services administratifs et financiers, développer les relations avec les consommateurs, introduire des démarches "qualité".
 
On peut estimer que les services des eaux vietnamiens emploient environ 14.000 personnes pour une population de 76 millions d’habitants. Lorsque l'ensemble de la population sera alimentée en eau potable et que les villes seront équipées de station d'assainissement, le nombre d'employés sera de l'ordre de 50.000. On peut considérer un ratio de :20 % de cadres et 80 % d’ouvriers et d’employés.
                                                                                                                                               
Il semble que, par rapport aux ratios habituels moyens, les ouvriers soient sur-représentés, mais qu’il n’existe pas suffisamment de cadres subalternes (contremaîtres, techniciens).
 
Un projet ambitieux
 
Pour répondre à ces besoins importants d’amélioration des performances des services vietnamiens de l'eau, il faut évoluer vers un système de formation professionnelle :
 
-     organisé par des formateurs vietnamiens, en langue locale,
 
-     à des coûts de formation réduits compatibles avec les recettes des services des eaux et payés en monnaie locale
 
-     proposant des formations modernes,
 
-     appuyé sur les savoir-faire technologiques de pointe des groupes industriels français,
 
-     utilisant concrètement, à la fois les équipements présents aujourd’hui dans le pays et les installations et matériels qui seront développés dans les années qui viennent, pour un apprentissage pratique en situation de travail.
 
Il est clair qu’il faut aboutir à un système pérenne qui, après sa phase de montée en puissance, pourra "exister par lui-même" sans être dépendant de financements permanents d’équilibre extérieurs.
 
Sur ces principes, un protocole d’intention a été signé, en présence de M. Nguyen Van Lien, Vice-Ministre de la Construction, par MM. Donzier et Ozanne pour la partie française et MM. Nguyen Dang Can, Directeur de la Coopération Internationale du Ministère et Nguyen Van To, Directeur de l’Ecole de la Construction.
 
Cet accord prévoit notamment les principes d’un co-investissement entre la France et le Viêt-Nam pour la réalisation de cette 2ème phase du projet à laquelle seraient associées largement les entreprises françaises présentes ou intéressées par ce pays.
 
Un voyage d'étude en France a permis, du 18 au 28 mai 1999, à une délégation du Ministère de la Construction vietnamien, conduite par le Vice-Ministre Nguyen Van Lien, et des services des eaux d'Hanoi et de Ho Chi Minh Ville de rencontrer les distributeurs et entreprises français intéressés par le projet, de visiter le Centre National de Formation aux Métiers de l'Eau (CNFME) de Limoges-La Souterraine ainsi que l'Université de Montpellier et nos partenaires de VERSEAU.
 
Les missions réalisées par des experts de l'OIEau de mars à mai 2000 ont permis de collecter les données nécessaires à l'élaboration d'un dossier qui sera soumis au Fond français de Solidarité Prioritaire et au Ministère français du Commerce Extérieur.
 
Le contexte reste difficile, les régies d'eau, bien qu'indépendantes financièrement, n'ont que très peu de budget à consacrer à la formation. On peut cependant compter sur la volonté des partenaires vietnamiens du Ministère de la Construction, très actif sur ce dossier qui a proposé la prise en charge des nouveaux bâtiments et du Comité Populaire d'Hanoi qui pourrait mettre un terrain à disposition.