DEPURANAT : des techniques d’épuration naturelles des eaux résiduaires domestiques

Pays: 
Espagne
France
Portugal
Précisions sur la localisation: 
Europe du Sud-Ouest
Nom du client/bénéficiaire: 
FEDER
Date de démarrage: 
janvier, 2004
Date d'achèvement: 
décembre, 2007
Financeur: 
FEDER
Nom des consultants associés/partenaires éventuels: 
Instituto Tecnológico de Canarias, S.A. (chef de file) Universidade do Minho (UMINHO) Centro de las Nuevas Tecnologías del Agua (CENTA) Mancomunidad de Municipios de Medianias de Gran Canaria (MANMEDIANIAS) Mancomunidad Intermunicipal del Sureste de Gran Canaria (MANSURESTE) Gestión y Planeamiento Territorial y Medioambiental S.A. (GESPLAN) Cabildo Insular de Tenerife (CABTFE) Câmara Municipal de Vilaverde (CMVV)
Descriptif du projet: 

Le projet DEPURANAT propose de rechercher et de mettre en œuvre des schémas de développement durable dans le monde rural et les espaces naturels protégés, basés sur la gestion productive et décentralisée des eaux usées domestiques à partir d’un traitement naturel ou de faible coût énergétique. Le projet a également pour ambition de donner un appui à la protection et à l’aménagement des ressources naturelles, ainsi que de promouvoir les activités économiques respectant l’environnement.

L’idée de base est d’utiliser les eaux prélevées localement, traiter les eaux usées in situ, au moyen de petits systèmes et réutiliser directement les sous-produits obtenus. Ces systèmes de gestion décentralisée doivent être caractérisés par : l’intégration de la gestion à chaque point (eau potable, eau de pluie, eau usée), la collecte sélective et le traitement des différents types d’eaux usées générées, par la récupération et la réutilisation locale des substances mises en valeur (eau, bio-mase végétale, bio-gaz, substances nutritives, etc.).

Le projet a pour but général de :

  • Développer des systèmes de gestion durable des eaux usées et renforcer son utilisation maximale dans des secteurs ruraux et des espaces naturels.
  • Promouvoir le développement durable des secteurs ruraux, ainsi que l'échange d'informations, d’idées, de méthodologies et de technologies entre les différentes régions de l'Atlantique.
  • Renforcer la coopération et l'échange d'expériences, des connaissances et des méthodes entre les différentes régions de l'Espace Atlantique pour la résolution de problèmes communs quant à la gestion de l'eau et la prévention de la pollution des ressources hydriques.
  • Génération d'emplois et technologie locale,
  • Rendre propice le transfert d'expériences et de technologies vers des pays en voie de développement.

De même, les installations de ce type, qui existent déjà, avec celles qui ont été implantées dans le cadre de DEPURANAT, constituent un excellent «laboratoire» pour développer technologiquement les systèmes naturels et les stratégies dans l'Espace Atlantique.

En se basant sur l'expérience développée, on a cherché l'acceptation sociale des systèmes.

Descriptif des services rendus par l'OIEau: 

Les principaux aspects étudiés dans les différentes technologies et les projets pilotes proposés sont les suivants:

  • Évaluation de l'efficacité et de l'investissement nécessaire selon des méthodes et des technologies à appliquer, matériels, orographie, demandes de main d'œuvre spécialisée, caractéristiques de l'effluent à traiter, etc.
  • Tâches d’entretien et d'exploitation des systèmes adaptés à chaque cas : fréquence et techniques des opérations d'extraction de biomasse végétale (bois, phytoplancton,…), incidences des épidémies et façons de les combattre, etc., y compris des études économiques où on quantifie les coûts d’entretien et d'exploitation.
  • Évaluation de la productivité des systèmes : quantité de bois produit par unité de surface dans le cas de "filtres verts", de leur possible conversion en biocombustibles comme le charbon végétal, quantité et qualité de biomasse végétale produite dans les sols humides et les rivages, quantité et qualité de biomasse phytoplanctonique produite dans les lagunes facultatives, quantité et qualité d'eau réutilisable, biogaz, boues minéralisées,… etc.
  • Influence dans la productivité des conditions opérationnelles : climatologie, types de sol, caractéristiques des eaux usées, type de flux des eaux.
  • Alternatives locales possibles et étude comparative des différentes espèces végétales à employer.
  • Valorisation et expérimentation avec les applications possibles des sous-produits: alimentation animale, emploi dans des tâches artisanales, compostage, fabrication d'engrais, extraction de composés chimiques d'intérêt, culture de Daphnies, culture de Lemnas, production de plantes aquatiques décoratives, aquaculture, irrigation de certaines cultures, production de charbon végétal, etc.
  • Évaluation d'autres utilisations et de bénéfices des systèmes : effet paysager, espace de loisirs, divulgation et interprétation des écosystèmes humides et des processus naturels d’épuration, source de bio-diversité, récupération d'écosystèmes,…
  • Stratégies pour l’intégration socio-économique des systèmes de traitement dans les communautés locales.

Le développement de ce projet suppose que, pour la première fois et de manière coordonnée entre les régions participant, on établisse des moyens pour une politique décidée de gestion décentralisée et productive des eaux usées produites dans des domaines ruraux et dans des espaces naturels. De même, c’est la première fois que sont évaluées de manière directe et coordonnée, différentes expériences démonstratives de ce type à petite échelle.

Le développement de ce projet suppose que, pour la première fois et de manière coordonnée entre les régions participant, on établisse des moyens pour une politique décidée de gestion décentralisée et productive des eaux usées produites dans des domaines ruraux et dans des espaces naturels. De même, c’est la première fois que sont évaluées de manière directe et coordonnée, différentes expériences démonstratives de ce type à petite échelle.

Fichiers pour le site internet: 
statut: 
terminé