”SMART.MET” Lancement du nouveau projet européen sur l’achat de smart grids

Dans un contexte de raréfaction de la ressource en eau et de vieillissement des infrastructures, les services publics d’approvisionnement en eau potable sont confrontés à des difficultés de gestion patrimoniale (coûts de maintenance, pertes d’eau dues aux fuites ou à des défaillances des systèmes).

Face à ces situations, une solution réside dans la collecte et l’utilisation des données de consommation d’eau, afin de réduire les coûts d’exploitation, d’identifier les problèmes, d’améliorer la performance et le service aux utilisateurs et de mieux hiérarchiser les investissements pour les infrastructures à renouveler.

Le projet européen ”SMART.MET” vise :

  • une gestion plus efficace des compteurs domestiques grâce à la lecture et à la facturation automatique,
  • la détection en temps réel des fuites,
  • l’identification des comportements anormaux et des anomalies,
  • la sensibilisation des utilisateurs.

L’objectif du projet européen ”SMART.MET” est d’accompagner le développement de nouvelles technologies pour la collecte et la gestion des données de comptage.

Il s’appuie sur un groupe de 7 opérateurs de services publics d’approvisionnement en eau potable déterminés à organiser un achat Public avant commercialisation (Pre-Commercial Procurement ou ”PCP”) :

  • Viveraqua - Italie,
  • Promedio - Espagne,
  • Eau de Paris - France,
  • SDEA - France,
  • CILE - Belgique,
  • Vizmuvek - Hongrie,
  • Hydrobru - Belgique.

Ces 7 opérateurs de services publics seront accompagnés par 6 organisations d’expertise chargées d’évaluer les technologies, de mettre en œuvre la procédure d’achat public avant commercialisation et de diffuser les résultats auprès des autres services publics et des fournisseurs :

  • ARAGON - Italie,
  • Office International de l’Eau - France,
  • Université de Limoges - France,
  • Fundación Nueva Cultura del Agua - Espagne,
  • Sara Bedin - Italie,
  • Aqua Publica Europea (APE).

La durée du projet, piloté par l’Office International de l’Eau, est de 48 mois, pour un budget de 4,4 millions d’Euros.