SEMIDE : Mieux gérer les connaissances sur l’eau en Méditerranée

Création de Systèmes d’Information partagée sur l’Eau en Méditerranée
 
Suite à la demande de la Conférence Ministérielle sur l’Eau pour la Méditerranée, qui s’est tenue fin 2008 en Jordanie, de pouvoir dispo- ser de données, statistiques et indicateurs comparables, le SEMIDE et les Pays méditerranéens ont travaillé conjointement à la définition d’un projet ambitieux de renforcement des Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau en Méditerranée.
En concertation avec le Secrétariat de l’Union pour la Méditerranée (UpM), le Plan d’Action pour la Méditerranée, l’Agence Européenne pour l’Environnement et la Ligue des Pays Arabes, le projet a été finalisé et pré- senté en vue d’une labellisation par les 43 Pays-Membres de l’UpM.
 
Ce projet comporte : 

  • un volet régional, visant à fournir des guides et des outils pour le renforcement de capacités, l’échange d’expériences et la démonstration de flux de données pour permettre un rapportage international, notamment pour la Stratégie de Développement Durable en Méditerranée, la Dé- pollution de la Méditerranée (Medpol), et la Stratégie de l’Eau des Pays Arabes. Ce volet est ouvert à l’ensemble des pays de l’Union pour la Méditerranée. Il est basé sur les standards Européens (SEIS, WISE, INSPIRE) et les standards des Nations Unies (comptabilité économique et environnementale de l’eau) ; 

 

  • un volet national, qui représente près de 85 % du budget pour le renforcement des Systèmes Nationaux d’Information sur l’Eau (SNIE) dans les quatre premiers Pays Pilotes (Maroc, Tunisie, Jordanie et Liban). L’intérêt suscité par le projet a conduit les partenaires à lancer des premières actions avant même la labellisation par l’UpM : ainsi les phases préliminaires de définition des SNIE ont démarré au Maroc et en Jordanie et une première mise en œuvre est en cours en Tunisie.

 

  • Sur le plan régional, une analyse des indicateurs nécessaires à la Gestion Intégrée des Ressources en Eau a été conduite en partenariat avec le Plan Bleu et le soutien de l’ONEMA. Les connaissances qui seront générées par ce projet permettraient d’envisager de nombreuses applications. L’une d’entre elles est la préparation d’un Livre Blanc sur l’Eau en Méditerranée, initiée par l’Institut Méditerranéen de l’Eau et présentée conjointement à la labellisation de l’UpM dans le cadre d’un processus de création d’une plate- forme méditerranéenne de connaissances sur l’eau.

 
Un Réseau pour améliorer la gestion des ressources en eau
Afin de mieux partager les expériences en Gestion Intégrée des Ressources en Eau dans les Pays du Sud de la Méditerranée et d’accompagner les acteurs locaux dans sa mise en œuvre, l’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN), en association avec le SEMIDE, le CEDARE et des ONG nationales au Maroc, en Egypte, Jordanie et Palestine, ont lancé le projet ”Réseau Régional de Connaissances sur l’Eau” (RKNoW) avec un cofinancement de la Commission Européenne dans le cadre de la Politique de Voisinage de l’UE. Quatre thèmes ont été sélectionnés pour structurer les travaux en sous-réseaux thématiques pour les 3 ans du projet : gouvernance, nexus énergie-alimentation-eau, technologies durables, eau et changement climatique.
 
Plate-forme stratégique sur la gestion durable des déchets en Méditerranée
Tous les acteurs de la gestion des déchets en Méditerranée sont confrontés à la croissance du volume à traiter, à l'évolution des normes réglementaires à respecter ou des objectifs nationaux et internationaux à atteindre. Dans de nombreux pays de la Région Méditerranéenne, il n’y a souvent pas de tri préalable à la mise en décharge, les solutions de traite- ment des déchets sont peu connues et les Autorités manquent de moyens pour les appliquer.
C’est dans cette optique que s’inscrit le projet ”MED-3R” qui vise à développer des systèmes intégrés de gestion des déchets urbains efficaces et adaptés aux contextes locaux.
Ce projet, financé par la Commission Européenne au titre de l’Instrument Financier Européen de Voisinage et de Partenariat en Méditerranée, est coordonné par la Métro- pole Nice Côte d’Azur. Avec un budget d’environ 5 M € , il rassemble quinze partenaires, dont essentiellement des villes de cinq Pays riverains de la Méditerranée : la France, l’Italie, la Tunisie, le Liban et la Jordanie.
 
L’OIEau et le SEMIDE contribuent à ce projet sur le volet ”capitalisation et formation à la gestion des déchets solides urbains” et pour la coordination des 13 actions pilotes menées dans les 8 villes partenaires du projet