Patrick FISCHER
Ingénieur chef de service au SIAAP, Station de Seine Aval - Paris

La connaissance de l’Office International de l’Eau s’est faite grâce aux formations auxquelles j’ai participé mais que j’ai aussi organisées pour mon service. J’ai donc été stagiaire et commanditaire.

Les formations sont utiles car elles sont adaptées au type de station et à la problématiques que rencontrent les exploitant de site de traitement des eaux de très grande capacité, ainsi que la connaissance des personnels à former. Le déploiement d’action sur notre site a nécessité une collaboration partenariale avec l’OIEau pour créer des formations adaptées.

Je pense que des formations spécifiques, c’est-à-dire directement sur les sites où les stagiaire travaillent, sont parfois nécessaires, et c’est souvent les hommes de terrain qui en expriment le besoin. Pour que ces formations soient utiles il ne suffit pas toujours de consulter un catalogue, mais de rencontrer les techniciens en demande. Cela dit un catalogue comme celui de l’OIEau, offre une multitude de formations mettant en œuvre les différentes étapes liées aux process, ainsi qu’au choix des technologies.

Mon ressenti est que la bonne formation ne peut être choisie qu’après avoir rencontré et interviewé les personnels à former. Dans cette activité on trouve des gens de toutes les branches et compétences de métier. Une formation type ne peut pas être envisagée sur les sites de grande capacité avec de multiples process. Il nous faut donc des actions sur-mesure. La mise en place d’une pédagogie adaptée est un élément clé facilitant le transfert de connaissance indispensable pour la bonne exploitation des usines de traitement. Nous avons pu constater systématiquement tous les bénéfices de ces approches pédagogiques à travers la motivation des personnels à suivre les formations mises en place. 

Pour aller au plus flagrant, les formations ont permis d’initier des réflexions sur l’utilisation et le dosage des réactifs. Les effets positifs de ces formations ont été la réduction du cout d’exploitation, l’amélioration de la qualité des eaux rejetées, le devenir des boues, la satisfaction des riverains, du fait de la réduction des nuisances, tant olfactives que visuelles ou encore sonores.

 

Je tiens à souligner le sérieux et la compétence, mais aussi la disponibilité des formateurs, qui ont su mettre en place pédagogiquement, en tenant compte de nos impératifs de traitement, un partenariat et des formations adaptées à nos besoins.

23 janvier 2016
- France