SEMIDE : Vers la mise en place d’un Mécanisme d’Observation sur l’Eau en Méditerranée

Sur la base du mandat donné au SEMIDE par les Ministres Euro-Méditerranéens lors de la Conférence de Turin sur la gestion locale de l’eau, les Directeurs de l’Eau Euro-Méditerranéens sont convenus d’étudier des conditions de faisabilité avec les pays volontaires, "d’un mécanisme d’observation sur l’eau en Méditerranée".

Cette étude, coordonnée par l’Unité Technique du SEMIDE et la Direction de l’Eau du MEDAD français, est réalisée avec l’appui technique de l’OIEau, compte tenu de son expertise dans le domaine des systèmes d’information partagés sur l’eau.

La première phase de l’étude, visant à identifier les objectifs ainsi que les grandes orientations potentielles d’un tel mécanisme, s’est déroulée en 2006 et ses premiers résultats ont été présentés lors de la conférence des Directeurs de l’Eau à Athènes (nov.2006).

La deuxième phase de l’étude, qui s’achève fin 2007, permet d’identifier les propositions détaillées pour la mise en œuvre de ce mécanisme.

Les travaux confirment les principales conclusions des études et enquêtes menées en 2006 auprès de multiples organismes régionaux et nationaux :

1- L’une des caractéristiques de la région méditerranéenne est de se trouver à la croisée de multiples processus politiques nationaux, régionaux et globaux, comprenant un important volet d’activités relatives à la gestion des ressources en eau (Objectifs du millénaire et Stratégie Méditerranéenne du Développement Durable, Convention de Barcelone, politique de l’environnement de la Communauté Européenne, Partenariat Euro-Méditerranéen, Politique Européenne de Voisinage, Initiative "Horizon 2020", Politique africaine de l’eau, ….) ;

2- Pour mettre en œuvre ces politiques, de nombreux acteurs interviennent au niveau national et régional, au travers d’une multitude d’initiatives, programmes ou projets, dont certains reposent sur des programmes d’activités très complets ;

3- La plupart des données et informations utilisées au niveau régional et/ou global, sont avant tout élaborées sur la base de données produites au niveau national et/ou local ;

4- La majorité des acteurs, quel que soit leur niveau d’intervention (régional, national, local), sont confrontés à des problèmes relatifs à la disponibilité, la qualité, l'organisation, l'accessibilité et la mise en commun des informations sur l’eau nécessaires pour atteindre les objectifs fixés dans ces programmes.

Les résultats de l’étude ont été présentés lors de la réunion des Directeurs de l’Eau à Bled (déc. 07) et ont permis de spécifier : 

- Les objectifs et principes généraux du mécanisme ;

- Les principales mesures communes à adopter afin de favoriser la production et la valorisation de  données interopérables sur l’eau ;

- Les possibilités de renforcement des capacités nationales des services de données, en particulier pour la production de données d’intérêt commun qui répondent aux attentes nationales, tout en étant compatibles aux attentes de niveau régional ;

- Les thèmes prioritaires tels que la production des "indicateurs eau du millénaire", les indicateurs Stratégie Méditerranéenne de Développement Durable, ….

- Le programme de mise en œuvre du mécanisme et un budget prévisionnel.