Afrique australe : programme triennal de formation dans les services des eaux

C'est dans le cadre d'un Protocole financier entre les Gouvernements français et botswanais que la " Water Utilities Corporation" (WUC) du BOTSWANA a conclu en 1996 avec l’Office International de l’Eau (OIEau) et LYSA (Lyonnaise des Eaux Services Associés) un contrat d’un montant de 5,500 MFF pour la réalisation d’un programme d’assistance technique et de développement des capacités de formation des services du Ministère des Ressources Minérales et de l’Eau (MMRWA).
 
Ce programme, qui s'est achevé en 1999, a porté notamment sur :
 
·        la formation de 18 formateurs botswanais, organisée par l’OIEau et LYSA au BOTSWANA, pour leur permettre d’acquérir les techniques pédagogiques de base afin d’être capables par la suite d’enseigner eux-mêmes directement dans leur pays aux différentes catégories de personnels des services des eaux.
 
·        des formations techniques spécialisées, destinées à améliorer les compétences des techniciens botswanais dans les domaines de l’exploitation des réseaux (eau potable, assainissement), de la conduite des stations de traitement, de l’électromécanique et de la télégestion, de la gestion des services d’eau (démarche qualité, sécurité, analyses ...).
 
     Ces stages ont été réalisés pour une part en France dans les directions régionales de la Lyonnaise des Eaux et au Centre National de Formation aux Métiers de l’Eau (CNFME) de Limoges-La Souterraine et, d’autre part, en République Sud-Africaine auprès d’une filiale de la Lyonnaise des Eaux à JOHANNESBURG, KWAZULU (Natal) et QUEENSTOWN (Easter Cape).
 
     Au total, 30 responsables botswanais ont suivi ces formations.
 
        
·        la création d’un centre de documentation et d’un centre informatique, avec la mise en place du matériel documentaire moderne, des logiciels adaptés aux besoins et des accès en ligne au système EAUDOC+.
 
·        l’étude, enfin, de la faisabilité d’un système régional de formation sur l’eau de l’ensemble des pays de la S.A.D.C. (Angola, Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, République Sud Africaine, Swaziland, Zimbabwe) afin de développer des capacités permanentes et durables de formation professionnelle aux métiers de l’eau, permettant de répondre sur place aux besoins très importants dans ce domaine.
 
Cette étude de faisabilité pour un centre régional de formation aux métiers de l'eau réalisée dans le cadre du programme d 'actions a abouti à la proposition de mettre en réseau les centres de formation existants dans les pays membres de la SADC (Communauté de développement des pays d'Afrique australe). Le WUC serait dans ce schéma la pierre angulaire du dispositif qui permettrait à ces pays de disposer d'une offre complète de formation visant les techniciens des compagnies d'eau.
 
Ce projet intéresse bien sûr au plus haut point l'Afrique du Sud qui a fait de l'alimentation en eau des populations sa première priorité. Le projet de développement du NCWSTI rentre dans ce schéma et permettrait de lancer concrètement cet ambitieux programme.
 
La Coopération Française a en effet financé en 1999 une assistance technique auprès de l'Institut National de Formation des Communautés en Eau et Assainissement ("NCWSTI") de PIETERSBURG (Province du Nord). L'OIEau, opérateur de cette action, a délégué un formateur à deux reprises pour un soutien ponctuel lors de stages de formation.
 
Cette assistance technique a permis de resserrer les liens avec cet Institut qui pourrait être le partenaire privilégié d'un prochain programme de coopération beaucoup plus lourd financé par le Fond français de Solidarité Prioritaire, et visant à l'élargissement de ses compétences techniques et de ses capacités de formations. La mise en place d'installations pédagogiques et la formation de formateurs seront à la base des actions prévues sur ce programme qui constituera la première pierre du réseau de centres de Formation envisagé au niveau de l'Afrique Australe.