Évaluation des politiques publiques et de projets

 

Contexte

Evaluer une politique publique, c’est juger de sa valeur au regard d’un ensemble de critères, en vue de l’améliorer et d’éclairer la prise de décision. L’évaluation des politiques publiques (EPP) ne répond pas seulement à un impératif budgétaire, elle permet aussi et surtout d'améliorer l'efficacité de l'intervention publique. C’est une pratique promue depuis plus de 20 ans en France et au plan international, notamment par les Nations-Unies, l’OCDE ou l’Union européenne.

Nombreuses sont les agences gouvernementales (AFD, GIZ, etc…) participant à l’Aide Publique au Développement (APD) qui ont recours également à l’EPP pour évaluer les effets de leur intervention dans le secteur de l’eau, en tirer des leçons stratégiques et opérationnelles et préciser leur positionnement par rapport à l’évolution des besoins des bénéficiaires.

Une évaluation de politique publique s’appuie sur des techniques d’analyse (statistiques, économétrie, data sciences, coûts, impacts, effets de levier…), d’enquête (entretiens, déplacements de terrain…) et de consultation (questionnaires, sondages, focus groupe…). Chaque politique publique est étudiée à travers un ensemble de critères évaluatifs standards, notamment : efficacité, efficience, cohérence, utilité, pertinence

 

Source : www.modernisation.gouv.fr

 

Quels sont les acteurs concernés ?

Les usagers et bénéficiaires sont nécessairement consultés, notamment sur leurs attentes vis-à-vis de la politique évaluée. Les principaux acteurs publics concernés (Etat, collectivités locales, organismes sociaux, opérateurs…) sont associés à la démarche, afin de construire une vision collective des enjeux, objectifs, résultats et modalités de mise en œuvre de chaque politique.

Les rapports d’évaluation ont vocation à être rendus publics et les citoyens à être informés sur le déroulement du processus.

 

Que fait l’OIEau ?

Depuis 25 ans, l’OIEau apporte son appui aux institutions en charge de la gestion de l’eau dans le monde entier, que ce soit à l’échelle opérationnelle ou décisionnelle, nationale, régionale ou transfrontalière.

Il s’avère un acteur unique en son genre pour le dialogue avec les bénéficiaires de l’APD, doté de connaissances pointues dans tous les domaines de la gestion continentale des ressources en eau (services d’eau et d’assainissement, GIRE, eau agricole…), sans cesse à l’épreuve de la réalité de terrain.

A ce titre, l’OIEau participe à de nombreux groupements internationaux et français chargés de l’évaluation de programmes pluriannuels d’intervention sectorielle (irrigation, eau urbaine) ou de réforme organisationnelle du secteur de l’eau pour les bailleurs, de programmes de gestion partagée des ressources en eau (transfrontalière, aquifère…) d’institutions internationales, de projets de coopération décentralisée de collectivités territoriales françaises ou de politiques publiques de pays demandeurs.