Développement des systèmes d’information sur l’eau

Projets

Date de démarrage Date d'achèvement Nom du Projet Continent Pays Pays
2014 2014 Europe Moldavie MD
2013 2020 Asie, Europe centrale et orientale Kirghizistan KG
2013 2014 Méditerranée - Moyen Orient Turquie TR
2010 2013 Asie, Europe, Europe centrale et orientale Kazakhstan KZ
2010 2010 Appui à la mise en place des portails nationaux WATSAN pour l’intégration et la diffusion des données et indicateurs sur l’eau potable et assainissement (Sélégal) Afrique Sénégal SN
2007 2016 Afrique Burkina Faso BF
2007 2015 SADIEau Afrique Afrique du Sud, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Kenya, Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, Ouganda, Sénégal, Zimbabwe ZA, BJ, BF, CM, CI, GH, KE, ML, MA, MR, NE, UG, SN, ZW
2002 2002 Europe Serbie RS
2001 2003 Europe centrale et orientale, Asie Kazakhstan KZ
1999 2008 Afrique Burkina Faso BF
1999 2000 Europe centrale et orientale, Europe Ukraine UA
1993 Europe, France France FR

 

Contexte

L’accès à l’information sur l’état et sur l’évolution de la ressource en eau et de ses usages est un enjeu majeur pour la mise en œuvre des politiques de l’eau et l’adaptation au changement climatique : qu’il s’agisse des actions réglementaires, de planification, de gestion des risques ou d’information du public, les administrateurs des ressources en eau en particulier ont un besoin impératif de disposer d’informations fiables, actualisées et pertinentes.

Face à cette nécessité, les organisations du « secteur Eau » sont généralement confrontées à des problèmes du type :

  • Comment organiser le monitoring et la valorisation des données existantes afin de générer les informations et services utiles aux prises de décision et à l’information des partenaires et du public ?
  • Quelles sont les données qui existent déjà, sous quelle forme et comment y accéder de manière souple et efficace ?
  • Comment gérer la multiplicité des producteurs de données et des formats de mise à disposition ainsi que les problèmes de comparabilité des jeux de données souvent incomplets, dispersés et de qualité variables ?
  • Quel cadre législatif / institutionnel pour organiser le partage des données entre partenaires ainsi que le traitement et la diffusion des résultats ?

La bonne gouvernance des ressources en eau passe donc par un renforcement des capacités d’accès et de traitement des données sur l’eau en collaboration avec les producteurs, afin de générer les informations et les services répondant aux attentes des décideurs et des partenaires.

 

Quels sont les acteurs concernés ?

La Gouvernance et la bonne gestion des données sur l’eau s’organise le plus souvent au niveau national (ministères en charge de l’eau et/ ou agences de l’eau) et au niveau des organismes de bassins nationaux et/ou transfrontières. Dans certain cas, elle peut aussi être mise en place au niveau des états (cas des pays fédéraux) ou au niveau des autorités régionales (landers …) voir locales.

De manière générale, elle concerne l’ensemble des acteurs intervenant dans la chaine de production/traitement/valorisation/exploitation des données : depuis les producteurs de données (services hydrométéorologiques, laboratoires, utilisateurs des ressources en eau, gestionnaires d’infrastructures …),  jusqu’aux utilisateurs finaux (ministères autorités régionales et locales, services statistiques, organismes de recherche…) en passant par les organismes qui assurent le traitement des données et l’administration des systèmes d’information.

 

Que fait l’OIEau ?

Depuis sa création (1991), l’OIEau met son expertise à disposition tant en France qu’à l’international dans des actions d’appui au développement de Systèmes d’Information sur l’Eau (SIE).